"La petite casserole d'Anatole" commenté par le magazine Bigre

  < Retour

Cet album paru en 2009 est une référence. Pour aborder le handicap, pour parler de la différence. En peu de mots, sous la douceur de simples traits et quelques arrondis, relevée de rares touches de couleurs, l'histoire d'Anatole nous bouleverse.

 La petite casserole d'Anatole

Résultat de recherche d'images pour "la petite casserole d'anatole"

"Cet album paru en 2009 est une référence. Pour aborder le handicap, pour parler de la différence. En peu de mots, sous la douceur de simples traits et quelques arrondis, relevée de rares touches de couleurs, l'histoire d'Anatole nous bouleverse. Sans trop en dire, sans vouloir faire pleurer, c'est une histoire touchante où l'innoncence est pure, les émotions sincères et le message universel. Traînant partout sa petite casserole, Anatole sent bien qu'il est différent. Cela l'embête, l'ennuie, le rend triste ou en colère, cela lui demande davantage d'efforts pour faire comme les autres.

Sans jamais nommer le handicap, lui donnant la forme de ce boulet accroché à son pied, Isabelle Carrier prend la plus bête et la plus juste image qu'il soit. Handicap moteur, autisme, trisomie, dyslexie, surdité ou un moindre complexe... tout peut bien être cette fichue casserole, trop lourde à porter quand on est un enfant et qui s'accroche avec tant d'injustice. Une main tendue, une recontre adéquate, le partage de cette peine difficile à comprendre aidera ce petit garçon à vivre avec sa différence, à la rendre moins encombrante, à l'accepter, et pourquoi pas à en faire un atout !

La franchise, la douceur, et la justesse de cet ouvrage donneront naissance, en 2014, à son adaptation en un court-métrage, réalisé par Eric Montchaud, nominé aux Césars en 2015 dans la catégories film d'animation. Alors si vous l'avez manqué, procurez-vous d'urgence ce petit bijou, diamant emprunt de sensibilité.

Notons également ici que chaque année, de nombreux albums et romans sont écrits sur ce thème du handicap,et parce qu'il est impossible de réunir toutes les propositions intelligentes en littérature jeunesse, mettons tout de même l'accent sur des maisons d'éditions militantes et audacieuses dans le domaine : Les doigts qui rêvent qui publient des livres tactiles, traduits en braille, en relief et en gros caractère ; la maison d'édition rennaise Goater qui, en 2016, a publié plusieurs albums traduits en LSF ; et enfin, les éditions Grandir d'un monde à l'autre, installées à Rezé, dont les livres, pour les enfants et adultes, sont spécialisés dans le regard porté sur les personnes en situation de handicap (Mon petit frère de la lune, qui aborde l'autisme)."

Lucie Charrier



  < Retour