Au Bois Bleu dans le magazine Passerelle

  < Retour

Zoom sur … Au bois bleu de Jeanne Taboni Misérazzi

 

 

Célestine, une vieille dame très âgée invite la petite Violette à visiter le bois bleu. Dans ce lieu mystérieux, un peu hors du temps, Célestine et Violette rencontrent Barbe-Bleue, La belle au bois dormant et d'autres personnages de contes que Célestine se plaît à faire découvrir à la petite Violette.

 

Puis, une fois la visite du bois bleu terminée Célestine s'éloigne... Violette ne la reverra plus...

 

Ce très bel album de Jeanne Taboni Misérazzi superbement illustré par Emmanuelle Colin traite avec beaucoup de poésie de la mort et de la transmission.

 

Dans cet album, la symbolique est également très forte. En effet, l'on remarque que la vieille dame se prénomme Célestine, prénom construit à partir de l'adjectif qualificatif : « céleste » c'est à dire qui évoque les cieux. Ce choix n'est pas anodin puisque la vieille dame va mourir...

 

Par ailleurs, le choix du titre ne semble pas non plus être le fruit du hasard...

 

En effet, le bleu est la couleur associée à la voûte céleste et au paradis.

Il symbolise également la sagesse (souvent associée au grand âge).

 

En outre, il représente l'immortalité et fut une  couleur funéraire notamment en Egypte où « les murs des nécropoles étaient généralement enduits de bleu clair tandis que dans la tradition juive, Luz ou « séjour d'immortalité » est appelé la « Cité bleue ». On note aussi qu'en Chine, « c'est la couleur des morts car le bleu symbolise les âmes ». (Source : Le livre des superstitions par Eloïse Mozzani, Collection Bouquins, Editions Robert Laffont, pages 240-241).

 

 Mais hormis le fait que le bleu soit ainsi associé à l'idée d'éternité, l'on note également qu'il est « l'emblème de l'amour, de la fidélité et de la pureté des sentiments » résumant ainsi à la perfection les liens qui unissent la vieille dame et la petite fille...

 

Mais la symbolique des couleurs ne s'arrête pas là.

 

En effet, dans le bois bleu, Violette a cueilli un bouquet de violettes qui sont des fleurs funéraires. On dit d'ailleurs que la floraison des violettes en automne annonce un décès...

 

Par ailleurs, à la fin de l'album, le fait que le bouquet de violettes ne soit toujours pas fané est également riche en symboles. Comme le dit la chanson « l'amour est un bouquet de violettes » et l'amour que Célestine et Violette se portaient est éternel.

 

Par ailleurs, le choix de faire en sorte que l'action se déroule dans un bois n'est certainement pas non plus anodin.

En effet, toujours selon Eloïse Mozzani, les bois et les forêts symbolisent la demeure de Dieu.

 

De plus, ils représentent également « un centre de vie, une réserve de fraîcheur et de chaleur associées », ils sont « une sorte de matrice », un symbole maternel ainsi qu'un lieu de renouvellement...

 

Ici, l'on retrouve donc l'idée de lien maternel (entre une grand-mère et sa petite fille) et l'idée de renouveau en ce sens que la vieille dame en transmettant des contes à la petite fille passe en quelque sorte le relais.

 

Enfin, dans cet album riche en symboles, l'on retrouve comme nous l'avons dit plus haut des personnages de contes célèbres tels que Barbe-Bleue et La belle au bois dormant qui sont des personnages directement liés à la mort (Barbe-Bleue tue ses épouses et La belle au bois dormant se retrouve plongée dans une sorte de coma après s'être piqué le doigt) ou encore un gros chat qui ne va pas sans rappeler le chat d'Alice au pays des merveilles comme pour signaler que Célestine va passer de l'autre côté de la vie...

 

Marie-Noële Gressier (dite Rose).

 

 



  < Retour